L’icône des arpenteurs dans l’art contemporain est sans conteste le laboratoire STALKER. C’est un groupe informel d’architectes et d’intellectuels de diverses spécialités, créé en 1996 et régulièrement renouvelé depuis lors, et qui réalise des déambulations collectives aux marges des villes. La focalisation de leur intérêt sur ces espaces abandonnés, refoulés, en friche, est une façon d’interroger le fait urbain à partir de ce qu’il cache, de débusquer dans ces terrains vagues une autre réalité de la ville. Ainsi, en 1997, la petite bande du Laboratoire a effectué un parcours de quarante kilomètres à Paris, partant du centre-ville et allant droit vers la banlieue, croisant l’ancien chemin de fer intérieur, les boulevards périphériques, les friches de Montreuil, les autoroutes, jusqu’aux abords de Roissy, suivant une ligne aussi droite que possible malgré les obstacles dressés par l’aménagement urbain. Dans un tel projet, il n’est pas question de guetter la rencontre fortuite, l’accident significatif ; ce qui compte, c’est l’appréhension directe, physique, de ces espaces intermédiaires, qui ouvre l’esprit à une nouvelle compréhension du contexte urbain. Mais les conclusions qu’en tirent les marcheurs, ils ne les divulguent pas ; arpenter est une expérience personnelle. D’ailleurs, la trace conservée de ces dérives d’un nouveau genre prend la forme d’une carte, mais une carte illisible, ininterprétable. Dans le « planisfero Roma », élaboré après une promenade autour de Rome, la ville est répertoriée en jaune, les terrains vagues en bleu, le parcours est représenté par une ligne blanche, mais il est impossible de s’orienter à partir de cette carte, elle n’offre aucun repère exploitable, elle n’est qu’une métaphore de tous les parcours semblables que chacun peut inventer. Ces déambulations n’ont finalement pas d’autre fin que la marche elle-même, et les sentiments mêlés qu’elle est capable de susciter en chacun de nous. « A la ville portraiturée s’oppose radicalement le territoire expérimenté. »

Dérives

      urbaines

> AVEC LES PIEDS