L’espace urbain est jalonné de signes, panneaux indicateurs, feux de circulation, règles de stationnement, arrêts d’autobus, lampadaires, boîtes à lettres, … , et chacun de ces signes a son propre support. On ne se rend plus compte à quel point nos trottoirs sont envahis par ces supports. Julien BERTHIER a présenté une installation, nommée « la concentration des services », où il a imaginé de regrouper tous ces signaux sur un même réceptacle. Il en a profité pour modifier légèrement ces décors qui nous sont si familiers : le toit de l’abribus est incliné et végétalisé, il accueille une mangeoire pour les oiseaux … Car, au passage, il n’est pas mauvais de dénoncer la triste uniformité du mobilier urbain qui recouvre toutes les villes des mêmes oripeaux. Mais plus fondamentalement, la vraie fonction de cette œuvre est que le spectateur devienne attentif à tous les signes qui le sollicitent, et se demande à son tour si une telle prolifération est bien utile, si on ne pourrait pas faire plus simple, plus harmonieux, bref qu’il ne subisse plus passivement son environnement. L’art n’est pas que de la beauté offerte, il peut être aussi une question ouverte. Alors, l’important n’est pas ce que l’on voit, mais ce qu’on fait de ce qu’on a vu.

Dérives

      urbaines

> AVEC LES PIEDS

- Chapitre 4

> Présentation