Gabriel OROZCO réalise « Piedra que cede », une sphère en plasticine d’environ 50 cm de diamètre et d’un poids égal à celui de l’artiste (autoportrait ?), qu’il fait rouler dans les rues en recueillant tous les débris qui jonchent le sol et qui deviennent la trace de ses trajets. Poètes du quotidien, ces piétons collectionneurs de l’infime, vont chercher dans le plus négligé de la vie urbaine les éléments d’une allégorie ; en marchant, ils laissent une trace légère mais claire dans le tissu de la ville et dans l’imagination collective de ses habitants.

Dérives

      urbaines

> Gabriel Orozco

> AVEC LES PIEDS