SPECTACLES ET EXPOSITIONS


Avril 2013


  1. *Guy Debord "Un art de la Guerre" à la BNF François Mitterand à Paris, jusqu'au 13 Juillet. Ironie de l'histoire: voici les archives personnelles du grand agitateur récemment acquises par l'Etat et montrées au public, qui reconnaîtra ses sources d'inspiration. C'est un peu rigide pour célébrer quelqu'un qui a tant critiqué la société du spectacle, mais tout amateur de dérives est appelé à rendre hommage à celui qui a donné à ce concept ses lettres de noblesse. Le titre de l'exposition fait référence au "Jeu de la guerre", un jeu de stratégie imaginé par Guy Debord, avec un plateau de cuivre et des pions métalliques.


  1. *Keith Haring "The political line" au Musée d'Art Moderne de Paris et au Cent Quatre, jusqu'au 18 Août. L'artiste issu du pop-art et qui a utilisé les rues des villes pour diffuser ses images subversives bénéficie d'une très large rétrospective, avec notamment la présentation au Cent Quatre de ses oeuvres de grand format, dont les "dix commandements", dix panneaux de sept mètres de haut inspirés de la bible pour dire les maux de notre époque. En hommage à ses débuts dans le métro de New York, l'ensemble des cadres publicitaires de la station Alma-Marceau ont été ponctuellement occupés par des oeuvres de l'artiste. Keith HARING est mort du sida en Février 1990, il avait 31 ans.


  1. *Tadashi Kawamata "Collective folie" au Parc de la Villette à Paris, jusqu'au 25 Août. Cet artiste japonais, dont on a relevé à plusieurs reprises les initiatives engagées, a construit une gigantesque tour en bois sur une prairie du parc, mais cette tour ne sera jamais achevée, elle est appelée à évoluer perpétuellement en fonction des idées énoncées et des plans définis par les "workshops", qui réuniront régulièrement tous ceux qui voudront participer à ce projet. "Collective Folie" sera ouverte aux visiteurs à partir du 1er Juin.


  1. *Au Palais de Tokyo à Paris, jusqu'au 1er Septembre, des artistes issus du street art redécorent les murs des coulisses du Centre d'Art Contemporain


  1. *Nicolas Frémiot à la galerie municipale Jean-Collet à Vitry-sur-Seine, jusqu'au 5 Mai. Voici un véritable artiste arpenteur: une traversée à pied de l'Ile de France en trois semaines, 23 étapes, 257 kilomètres, 230 photos des paysages traversés, chapeau l'artiste ! http://galerie.vitry94.fr/expositions/details/fiche/traversee-nicolas-fremiot/section/7620/?cHash=5142dbb5ab9b8361380ec85f123ec828



Mars 2013


  1. *"L’original festival"  Depuis 2004, le Collectif L'original, qui regroupe plusieurs associations de la Région Lyonnaise, organise un festival annuel pour promouvoir la culture Hip Hop et toutes les disciplines qui s'en inspirent. Pendant cinq jours à Lyon début Avril, expositions, performances, spectacles, conférences ..., célèbrent la culture urbaine ( www.loriginal-festival.com )


  1. *Maroussia Vossen au Centre National de la danse à Paris. Dans cette exposition,celle qui affirme "il n'y a qu'un pas entre la marche et la danse" laisse entrevoir son univers poétique à travers une sélection d'archives recouvrant l'ensemble de sa carrière ( www.maroussia-vossen.com )



Février 2013


  1. *"Au delà du street art" à l’Adresse, musée de la Poste à Paris, jusqu’au 30 mars. C'est une exposition très originale sur une dizaine d'artistes qui ont utilisé les murs des villes comme supports d'expression et qui ont contribué à modifier nos regards de promeneurs. D'abord car elle met en valeur la grande diversité des styles, depuis les figures historiques comme Ernest-Pignon-Ernest ou Jérôme Mesnager, les rebelles provocateurs, comme Bansky, ou les illustrateurs poètes, comme Ludo ; ensuite parce qu'elle prête attention à un facteur souvent négligé, celui de la matière utilisée par les artistes, qui se révèle là encore extrêmement diverse, peinture, bombes, sérigraphie, photos, mais également les papiers découpés de Swoon, les mosaïques d'Invader, les portraits gravés au burin, marteau piqueur ou explosif de Vhils ... Il est aussi particulièrement intéressant de voir sur des cimaises des images qui ont accompagné nos dérives urbaines, et de constater comment l'art officiel, celui des galeries et des musées, s'est organisé pour récupérer des oeuvres pensées pour la rue et donc, par nature, éphémères.


  1. *"Affiche - Action. Quand la politique s'écrit dans la rue" Hôtel National des Invalides à Paris, jusqu'au 24 Février. A travers la collection d'affiches de la bibliothèque historique de la ville de Paris, un inventaire des messages politiques qui ont habillé les murs de la ville de 1789 à nos jours, autour des thèmes: voter, résister, militer, agir.


  1. *"Aujourd’hui" d’Alain Gomiz En 1961, dans "Cléo de 5 à 7", Agnes VARDA avait suivi la déambulation d'une jeune chanteuse hantée par la peur du cancer, dans un Paris sous l'influence de la guerre d'Algérie. Cinquante ans plus tard, dans la même veine, le film de GOMIZ suit le parcours d'un homme qui vit son dernier jour et parcourt les rues de Dakar, offrant des éclats de réalité pleins de sens.


Janvier 2013


  1. *"The Museum of Everything" fait escale à Paris, 14 boulevard Raspail, jusqu'à fin février 2013; "premier espace itinérant au monde dédié aux artistes sans éducation, sans intention et sans glorification artistique", dans la ligne de l'art du peu (chapitre 1)


* "Edward Hopper" au Grand Palais, jusqu'au 28 Janvier. Pour l'oeuvre entière, bien sûr, mais aussi pour une merveilleuse gravure représentant un piéton   dans la ville et intitulée "Night Shadow".


  1. *Au Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole, jusqu'au 27 Janvier 2013, une exposition consacrée au Mouvement FLUXUS (pages 9 et  63), avec notamment les collages de Jean-Jacques LEBEL (pages 28 et 63).


  1. *"Le musée des coeurs brisés" au Cent Quatre, jusqu'au 20 Janvier. Conçu à Zagreb, en Croatie, ce musée voyage à travers le monde et enrichit ses collections à chaque étape. Il est demandé à des anonymes de venir déposer un objet évocateur d'une rupture amoureuse et d'en évoquer l'histoire en quelques mots. Cette belle initiative relève clairement de l'art du peu. Eric REINHARDT écrit dans Libération: " Ce musée des Coeurs Brisés est un cimetière d'espoirs déçus qui donne envie de tomber amoureux, encore, toujours."


  1. *"Marche et rêve" Installation sonore artistique présentée à la Gaité Lyrique à Paris du 15 au 19 janvier. Jean-Marc L'HOTEL est un architecte sonore, il est aussi un artiste marcheur. Chaque ville, dit-il, chaque quartier a ses bruits, sa musique, ses silences ; déambuler dans la ville, c'est en ressentir les vibrations, une approche physique que l'artiste s'efforce de restituer dans un "Son en Relief" qui nous invite à participer à la "chorégraphie tactile de la ville".  > Lire l’article de Jean Marc L’Hotel / jeanmarcdhotel@hotmail.com


Décembre 2012


* Au Centre Pompidou à Paris, jusqu'au 7 Janvier 2013, trois artistes dont les oeuvres ont fait appel à la marche en ville:

- Bertrand LAVIER, à la fin des années 1990, a photographié et converti en toiles abstraites les vitrines, badigeonnées en blanc, des commerces en travaux (page 51 de "Avec les pieds"). Cette démarche correspond à sa théorie de "l'art de la transposition", passant d'un état artistique à un autre (photo et peinture), alors que "selon  l'esthétique moderniste, chaque art a pour mission d'exalter sa propre spécificité".

- Mircea CANTOR crée des oeuvres "minimales, poétiques et métaphysiques", qui se veulent le reflet des contradictions du monde contemporain; son message est délibérément politique comme montré dans "the landscape is changing" (page 58).

- Adel ABDESSEMED "se nourrit des images de l'histoire contemporaine, en s'appropriant les forces de la violence et de la destruction"; on l'avait cité pour son habilité à s'approprier l'espace public (page 51).



LIVRES


  1. *"Paris au scalpel" de Philippe CHARLIER,  ed du Rocher

Encore une invitation à déambuler dans les rues de Paris, mais cette fois le guide est étrange et les lieux visités inhabituels. L'auteur est médecin légiste et archéologue amateur, les promenades qu'il propose sont riches en faits divers chargés d'hémoglobine.


* "La nuit parisienne" de Patrice de Moncan, ed du Mécène

C'était mieux avant ? Profitez de cet ouvrage pour parcourir les rues de Paris ... au XIXème siècle.


* "Voyage au centre de Paris" d’Alexandre Lacroix, ed Flammarion

Réjouissez vous, voici le livre contenant l'expérience que vous étiez peut-être venus chercher sur ce site et que, dépités, vous ne trouvez pas : une appréhension personnelle et poétique de la ville, par un adepte érudit de la psycho-géographie, qui célèbre "le magnétisme" de Paris mais en déplore "l'agressivité sociale". Le narrateur marche du Luxembourg au Marais en s'adressant à la femme qu'il aime, mais aussi en laissant les lieux rallumer en lui des souvenirs, des évocations personnelles, historiques ou littéraires. C'est une belle et efficace illustration de ce postulat que l'attention que chacun peut porter au décor de sa vie est récompensée par un surcroît d'intensité.


* "Paris 1926. La société de Minuit" de Ludwig Hohl, ed Attila

C'est un témoignage rare qui nous est enfin offert : le journal d'un jeune poète suisse (1904-1980), vivant alors dans le milieu artistique parisien, et faisant notamment le récit des dérives nocturnes qu'il mène dans la ville avec ses collègues. Ses cahiers sont emplis de notes, d'esquisses, de portraits, de descriptions très fines, il cherche, à travers l'évocation de ses pérégrinations surréalistes, à saisir le mouvement de la ville et de ses habitants. Voyage dans Paris, voyage dans le temps, avec la plume d'un poète.


* "L’art dans le monde 1960-2010" de Philippe Dagen, ed Hazan

Tous les enjeux et les mouvements de la création au cours de ces cinquante dernières années, décrits à travers les contextes de la société qui en ont permis l'émergence, une initiative ambitieuse, une somme dont l'avenir pèsera la justesse.


* "L’occupation des sols" de Jean Echenoz, ed de Minuit

Ce n'est pas une nouveauté, le texte est paru en 1988, c'est à peine un livre, il ne comporte que 14 petites pages, mais il y a dans ce récit ramené à l'essentiel une approche à laquelle tout marcheur des rues sera sensible, avec en plus une merveille de style 


* "Mélo" de Frédéric Ciriez, ed Verticales

Le livre conte le quotidien de la ville à travers le regard bien particulier de trois personnages: un automobiliste qui veut se suicider au volant de sa voiture, un éboueur qui conduit son camion poubelle en rêvant de remporter un concours d'élégance congolais, une chinoise qui parcourt la ville en rollers en attendant de faire fortune ; et bien sûr la vie urbaine, bien réelle et quotidienne.


* "Dans les plis sinueux des vieilles capitales" de Sylvie Taussig, ed Galaade

Un texte inépuisable sur une traversée de la ville à la fois imaginaire et historique, suivant une femme qui cherche à se réinventer à travers la ville. Surprenant !


* "Le piéton de Hollywood" de Will Self, ed L'Olivier

L'auteur sillonne les rues de Los Angeles, l'esprit entièrement "absorbé dans le rythme régulier de ses pas". Cette marche est une réponse à l'accélération qui régit le monde, une mise à l'écart de soi, l'affirmation de sa liberté, la conquête d'une petite place à soi dans le vaste univers. Fou !


* "Tabloid City" de Pete Hamill, ed Balland

C'est une aventure policière, l'enquête sur la mort de deux femmes assassinées, mais surtout c'est l'exploration d'un quartier de New York à travers le regard de différents habitants, et qui ensemble composent un hymne à la ville. Grisant !


* "Le mouvement situationniste, une histoire intellectuelle" de Patrick MARCOLINI, ed L'échappée

Dans cette somme consacrée au mouvement de Guy DEBORD, les pages 79 à 110 s'attachent à la psychogéographie, évoquant notamment la dérive (page 81) et ses influences surréalistes (85), l'analyse politique de la ville (91), les cartographies (98) et l'architecture de onstant (103). Indispensable !


* "Ode à la ligne 29 des autobus parisiens" de Jacques ROUBAUD, ed Attila

Le poète oulipien et grand arpenteur des villes, auteur du magnifique "La forme d'une ville change plus vite, hélas, que le coeur es humains", compose un hommage en vers à l'autobus qui relie la gare Saint Lazare à la porte de Montemproivre, avec ce regard curieux et acéré qui porte attention aux détails de la vie des rues.


* "Open City" de Teju COLE, ed Denoël

Julius, nigérian, interne en psychiatrie, déambule dans les rues de New York; "Je me suis repassé dans le noir les nombreux épisodes et images qui avaient ponctué cette errance, triant chaque rencontre comme un enfant joue avec ses cubes en bois, tentant de comprendre où allait celui-ci, à quoi correspondait celui-là." Superbe !


* "Petit éloge des coins de rue", Patrick PECHEROT, ed Folio

L'auteur, "globe trottoir", flâne "autant dans les rues que dans les romans de l'entre guerre". Nostalgique !


* "Cinq carillons", Gail JONES, ed Mercure de France

"Promenade erratique et poétique dans Sidney, au coeur des souvenirs"  de trois hommes et une femme.



SITES ET REVUES


  1. *"GR 2013" C'est un chemin de grande randonnée de 365 kilomètres, en forme de huit autour de Marseille et Aix en Provence, un sentier musée psychogéographique qui traverse les paysages industriels et périurbains qui ne se laissent habituellement pas voir. Il a  été élaboré à l'initiative de l'association Marseille-Provence 2013, dans le cadre des manifestations célébrant la capitale européenne de la culture. A suivre sur www.cercledesmarcheurs.blogspot.fr et sur www.caravan2013.org. Dans la Région Parisienne, il existe trois GR : la traversée de Paris TP1 va du bois de Boulogne au bois de Vincennes, la TP2 va de La Villette au parc Montsouris et la TP3 va de la Porte Maillot à la Porte Dorée, 180 kilomètres au total (Voir Topo Guides de Paris ... à pied)


  1. *"Lifestyle" La Revue des Aéroports de Paris, N°74 d’Avril 2013. Une large partie de la revue est consacrée à l'Urban Art, avec notamment un inventaire des lieux parisiens consacrés par des artistes. On note par exemple que Keith HARING a laissé deux oeuvres dans Paris, une fresque de 27 mètres de haut sur un mur de l'hôpital Necker et une autre dans l'église Saint Eustache


  1. *Revue INITIALES Le premier numéro de cette nouvelle revue, créée par l'école ENSBA de Lyon, est consacré à George MACIUNAS, le galeriste de New York qui a donné au mouvement FLUXUS sa forme et son manifeste


* "La petite ceinture à Paris" représente 23 kilomètres de rails laissés à l'abandon depuis 20 ans. La ville de Paris a ouvert un site pour recueillir l'avis des habitants sur ce que pourraient devenir ces espaces, il serait dommage que les marcheurs de la ville ne s'expriment pas.  www.lapetiteceinture.jenparle.net


* "Qui veut pister Paris ?"

Un site internet propose une façon originale et ludique de visiter Paris (et également d'autres villes): suivre des jeux de piste thématiques. A consulter d'urgence www.quiveutpisterparis.com


* Books Janvier 2013

Dans la revue Books, un entretien avec Rem KOOLHAAS, l'architecte hollandais qui a publié "Junkspace. Repenser radicalement l'espace urbain" (Payot 2011). Son diagnostic est que la recherche du gigantisme dans les bâtiments détruit l'architecture, car la construction doit se soumettre à de multiples impératifs, technologiques, administratifs, industriels..., l'oeuvre devient nécessairement collective. Plus grave, "l'essor du gigantisme suscite forcément un nouveau genre de ville, ce que j'appelle la ville générique: une ville dépouillée de son carcan identitaire, de son passé même; une ville libérée de son centre, qui ne se définit plus que par sa périphérie, qui pousse constamment et envahit la campagne. Elle n'est plus horizontale mais verticale. Elle est inorganique et climatisée (...); elle n'est plus dédiée qu'au shopping". Une malédiction pour les flâneurs ... Passionnant !


ACTUALITÉS

> AVEC LES PIEDS

ACTUALITÉS

Dérives

      urbaines